< retour

  Alfred de Musset (1810-1857),
écrivain et poète français dont l’œuvre dramatique peut être considérée comme la contribution la plus originale et la plus réussie au théâtre romantique.
Né dans un milieu aisé et cultivé, doué de grandes facilités, le jeune Musset mena une adolescence dissipée de dandy. Il entreprit des études de droit et de médecine, qu’il ne termina pas, et fréquenta, dès 1828, le Cénacle romantique chez Hugo et chez Nodier, où il rencontra notamment Vigny, Mérimée et Sainte-Beuve.

Musset connaît très tôt le succès. À 20 ans, il fait paraître son premier recueil de vers, Contes d'Espagne et d'Italie, qui décrivent de manière très colorée deux pays où le jeune homme n'a pourtant jamais mis les pieds.
Plus tard, il fait la connaissance de George Sand. Ils partent ensemble pour l'Italie mais se brouillent et se séparent. Cette crise difficile à surmonter, lui inspire de merveilleux vers, réunis dans Les nuits. Il écrit aussi plusieurs pièces de théâtre. À partir de 1841 Musset, qui n'a pourtant que trente et un ans, n'écrit presque plus rien : quelques contes (Mimi Pinson, 1845), des proverbes (Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, 1845). La vie déréglée de noctambule qu'il mène l'épuise rapidement. Il ne tarde pas à sombrer dans la misère et l'oubli. Il est pourtant élu à l’Académie Française en 1942.
Les Contes et les Nouvelles sont de charmants récits d'amour, élégamment écrits, dont Le Merle blanc (1842) peut donner une idée achevée.

BIBLIOGRAPHIE

 

 


Contes merveilleux, Contes de fées et Contes populaires : Accueil