< retour

  Marcel Schwob (1867 – 1905),
est issu d’une famille de la bourgeoisie juive très cultivée. Passionné par l'oeuvre de François Villon, lecteur d'une curiosité et d'une érudition immense, journaliste et chroniqueur de talent, traducteur ambitieux (Shakespeare, De Foe, Kant…), il s'impose comme un maître de la prose symboliste grâce à ses recueils de contes (Coeur double, Le roi au masque d'or, La croisade des enfants), où une veine fantastique se mêle à un goût pour les modestes, les marginaux de l'Histoire.

Personnage important du monde littéraire de cette fin de siècle, Marcel Schwob fréquente Jules Renard, André Gide, Jean Lorrain, Georges Courteline, Octave Mirbeau, Oscar Wilde qu'il accompagne dans les salons parisiens. Il fréquente le salon de Mallarmé, et rencontre Paul Valéry.
Schwob n'a que trente ans ; il est célèbre, mais très malade. Il cesse pratiquement de publier. Il part sur les traces de R.-L. Stevenson à Samoa, d'où il adresse à sa femme des lettres magnifiques qui forment un véritable journal de voyage. À Samoa, il devient sous le nom de "Maselo" un "tulafale", un conteur public autour duquel s'assemblent les Samoans. Mais peu de temps après, il manque de mourir, et rembarque bientôt.
Il meurt à Paris à l’âge de 37 ans.
(Source : www.larevuedesressources.org et www.manuscrit.com)

BIBLIOGRAPHIE

  • Le Conte des Oeufs

 


Contes merveilleux, Contes de fées et Contes populaires : Accueil